Pour un monde meilleur. Mai 68 avril 08 même combat

Je suis sidérée par l’impertinence, la transgression, l’esprit révolutionnaire, la combativité, l’engagement et surtout la créativité du mot d’ordre des athlètes français en route pour les Jeux Olympiques. La lutte pour la liberté en Chine a pris un nouvel élan. Pekin tremble.

Scandons tous « Pour un monde meilleur » et il deviendra réalité. C’est magique, la pensée magique.
Pour trouver des slogans percutants et mobilisateurs, ces héritiers de mai 68 ont dépassé leurs maîtres jugez plutôt :

Ca a pris un sacré coup de vieux non? Pour un monde meilleur c’est tellement violent!

Et puis les autres militants n’en reviennent pas eux non plus, tant de créativité c’est fou!. L’agence Sergenry avait fait ça

et ça

C’est d’une mièvrerie comparé à ça!!!!
De leur côté, les blogueurs chinois en résistance sont enthousiasmés par l’engagement des athlètes français. Ils se sentent soutenus avec « Pour un monde meilleur ». Ca va drôlement les aider dans leur lutte pour la liberté.
Eux ils ont fait ça :


(lire l’excellent article sur le site Les Observateurs de France 24).

Je ne connais pas l’auteur de cette affiche percutante.

1968, Jeux olympiques de Mexico. Tommy Smith et John Carlos lèvent leur poing ganté de noir pendant l’hymne américain. Ils seront exclus de l’équipe américaine. Evans, James et Freeman, vainqueurs du 400 mètres ont également manifesté sur le podium contre le racisme et la ségrégation aux Etats-Unis.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Pour un monde meilleur. Mai 68 avril 08 même combat »

  1. This is I an article from The Sydney Morning Herald’s newspaper about activist.Stephen HutcheonThe Sydney Morning Herald’s newspaper – April 2, 2008 – 11:33AMBashing Beijing: the shame game OlympicsActivists hit web with widgets, podcasts and games, fuelling cacophony of complaints against China.A broad coalition of professional activists, anarchists and freelance stirrers is rolling out a series of shaming campaigns intended to fuel the cacophony of complaint against China’s hosting of the 2008 Olympic Games.In addition to the usual physical displays of opposition, the groups are ramping up a powerful online presence that includes the use of the big three social networking sites – MySpace, Facebook and YouTube – plus an array of widgets, podcasts, blogs and other web-based weapons of persuasion and subversion.The agitators include long-time China critics such as Amnesty International, Human Rights Watch and the Free Tibet Campaign plus a host of smaller activist groups covering the entire gamut of anti-Beijing causes including Darfur, Burma, workers’ rights, animal rights, pro-democracy and the death penalty.Their common aim is to drown out China’s attempts to use the Olympics as a celebration of its coming of age as a modern economic powerhouse and refocus international attention on the many skeletons that rattle around in the regime’s closets.With the Olympic torch setting out on a four-month, 19-nation tour of the globe, before returning to the Chinese capital for the start of the opening ceremony on August 8, expect to see the symbols of the Games – in particular – come under sustained attack.Today’s launch by Amnesty International’s Australian branch of its Olympics campaign, for instance, features a monkey character called Nuwu.China campaign director, Sophie Peer, says this is the first time that the Australian branch of the international human rights organisation has used a cartoon character in one of its campaigns.Nuwu – meaning angry young boy in Mandarin – is a play on « Fuwa », the collective name given to the five Teletubby-esque mascots of the Beijing Olympics.See the video : http://sergenry.fr.tc/beijing_2008.htmThe Fuwa five « seek to unite the world in peace and friendship through the Olympic spirit, » the official Beijing Games website says.Amnesty’s mascot wears a red bandanna – just like the ones worn by many of the Tiananmen Square protesters in 1989 – and « wants to set the record straight by speaking about the human rights abuses suffered by people in China », Amnesty’s new Uncensored website says.The monkey – the brainchild of an Australian creative team – is also used as the logo on Amnesty Australia’s new Facebook presence, one of thousands of « Causes » that members of the social networking site can join.For activists, the five official critters have become sitting ducks and fair game.They have already been appropriated by PlayFair 2008, a campaign launched by a group of labour organisations promoting workers’ rights in the global sporting goods industry.PlayFair’s website features posters of Beibei, the blue fish-themed official mascot that is supposed to symbolise the « blessing of prosperity », working in a sweatshop sewing garments.Ben Cohen, the co-founder of the famous Ben & Jerry’s ice-cream company in the US, says that he also has the cutesy mascots in his crosshairs.Cohen is helping the Mia Farrow-backed Dream for Darfur organisation, which seeks to end the genocide in the Darfur region of Sudan by putting pressure on China, the Sudanese regime’s principal international backer. »I’m interested in running some sort of campaign that introduces these little guys [the mascots] to the world as ‘Looks cute – supports genocide’, » Cohen told The New York Times last month.Farrow’s organisation is also behind the push to rebrand the Games as the « Genocide Olympics », a phrase she first used in a commentary published in The Wall Street Journal last year.But the award for the most brutal act of Photoshop subversion goes to activists who transformed the official Games emblem from a statement of « trust and an expression of self confidence » into a blood-stained symbol of repression.The official emblem of the Games is called « Chinese Seal, Dancing Beijing ». It’s a red and white stylisation of the Chinese character « jing », which is both the second character in « Beijing » and the word for capital.The official Games website states that the emblem – which looks a bit like a running stick figure – is supposed to be « filled with Beijing’s hospitality and hopes, and carries the city’s commitment to the world ».But over at The SubRealism Manifesto website, a group of freelance anarchists has published a wicked video parody in which « Chinese Seal, Dancing Beijing » becomes the bloodied, crime scene chalk outline of a dissident who has been chased and mowed down by a tank.Once viewed, the Beijing Games stick man will never look the same again.The video is the work of the French cartoonist Guillaume Podrovnik and an American who uses the pseudonym Keiko Ketsugo.Podrovnik, who describes the site as a « radical, anti-consumerist project », worked for many years as a political cartoonist on the anti-Beijing Hong Kong newspaper Apple Daily.Ketsugo says the video, which was created using the animation tools in the Second Life virtual world, drew its inspiration from a four-panel cartoon found on the web in which the blood-rimmed silhouette is formed after a man is executed by a firing squad.A similarly edgy animation is being promoted by Students for a Free Tibet on its parody of the official Torch Relay site.The animation, a hack of the official Torch Relay logo, can be downloaded and used as a « badge » on blogs and websites, ensuring that it will spread virally across the internet.The official logo is static and depicts two characters running, holding aloft a flame in the stylised shape of a phoenix, the mythical creature that in Chinese culture symbolises high virtue and grace and is supposed to appear only during periods of peace and prosperity.However, in the Students for a Free Tibet version, one of the characters pulls on a policeman’s cap, the torch becomes a truncheon and the other character is beaten senseless until it collapses and blood spills down over the Olympic rings.The online flash video (see above right) mocks China’s torch relay logo and slogan « Light the Passion, Share the Dream » in an attempt to expose China’s cynical Olympics propaganda, the SFT website says.The IOC’s most sacred symbol, the five interlocking rings, have also been targeted.In one image used by the French organisation Committee for Supporters of Tibet, the Olympic rings are shown as tank tracks.In a poster, originally published by Amnesty’s branch in Slovakia and later withdrawn, the rings are depicted as barbed wire loops. The image shows a man pointing a gun at the head of prisoner.The poster uses the slogan « China is getting ready », the same one being used by the Beijing Olympic Organising Committee in the lead-up to the Games.A similar theme is being used by press freedom group, Reporters San Frontiers, which is promoting its Olympic campaign with a graphic using interlocking handcuffs instead of rings.

  2. Salut, il y a un article interessant a ce propos :Des graphistes font feu sur les symboles olympiques !Avec ces jeux Olympiques, a débuté une guerre de propagande sur le terrain des symboles que sont les logos, drapeaux et torches olympiques. Jamais autant de graphistes, de par le monde, n’auront autant concouru de créativité pour dénoncer le régime chinois ou supporter les jeux Olympiques de Pékin.La Chine fait les frais de sa propagande tous azimuts et subit un retour de flamme sans concession, violent de la part des fers de lance des droits de l’homme comme Amnesty, Reporter sans frontières et une coalition de graphistes qui ont su utiliser à bon escient les médias internet pour provoquer une résonance graphique cacophonique qui entache et salit les symboles des jeux Olympiques chinois.Le but étant, à bon chat bon rat, d’éviter que la Chine ne tire un profit politique de la célébration des jeux Olympiques en tentant de recentrer l’attention internationale sur les nombreux manquements du régime chinois au respect des droits de l’homme. Mission réussie et sans effusion de sang !Des protagonistes qui ouvrent le feu sur les symboles olympiques de la Chine ?En plus des habituels groupes contestataires comme Amnesty ou Reporter sans frontières, des particuliers vont appuyer leur combat grâce à une forte présence active sur internet, par le biais de sites internationaux comme MySpace, Facebook, YouTube et surtout sur le portail de photos Flickr ; sans compter toute une panoplie de gadgets, de podcasts, blogs et autres formes de média web – véritables armes de persuasion et de subversion rapides, gratuites et redoutables.Le Darfour, la Birmanie, l’environnement, les droits des travailleurs, les droits des animaux, la peine de mort, la presse, la crise économique y compris les inconvénients liés à l’externalisation des entreprises ou le choix de nouvelles compétences professionnelles en Chine (entreprises off-shore et nearshore en anglais) sont autant de facteurs, de thèmes fédérateurs qui passionnent les internautes.Un logo mis à feu et à sangAvant le 8 août, on s’attendait à voir les symboles des Jeux – en particulier celui de la flamme olympique soumise à une attaque tous azimuts.Avant que ne démarre le relais de la torche, avant la première levée de bouclier qui a émaillé le passage de la flamme olympique de Londres et de Paris, c’est le logo des jeux Olympiques de Beijing qui a souffert, à grand renfort de logiciels d’images, d’actes de subversion sans nombre transformant l’emblème officiel des Jeux de Beijing en une mare de sang symbolisant la répression du régime chinois.Alors que les politiciens, sportifs et membres du CIO critiquent le régime chinois à fleuret moucheté, une armée de graphistes tout feu tout flamme en font voir trente-six chandelles au pauvre logo chinois. La cacophonie des activistes sur le net est si importante qu’il devient difficile en tapant “jeux Olympiques de Pékin” sur images.google.fr ou sur Flickr de ne pas tomber sur un logo étriqué, défiguré, criblé de balle ou face à un char d’assaut.Un logo qui partait pourtant d’un bon principe d’espoirL’emblème officiel des Jeux est appelé Sceau chinois, la danse de Beijing. Il représente dans un sceau rouge la stylisation de l’idéogramme chinois京 ing, de Beijing.Le site officiel des Jeux stipule que l’emblème figurant un personnage troué est censé signifier l’hospitalité et les espoirs dont est garante la ville de Beijing ; hélas, au grand désespoir des organisateurs des JO chinois, le symbole pourtant très noble n’a pas fait long feu en Europe. Les graphistes n’ont pas attendu pour défaire le logo de Beijing.Le plus célèbre d’entre eux a réalisé une planche, mettant en scène un condamné sous le feu d’un peloton d’exécution. Le cadavre sert de pochoir sanglant pour imprégner le mur de sa silhouette. Le symbole chinois y a perdu toute sa substance pacifique et d’espoir ! Impossible, à présent, d’entrevoir ce logo sans se remémorer les signifiants liés à l’exécution, à la mort, au sang et à la violence.Un autre graphiste français, Sergenry, assimile le logo au tracé à la craie de la scène d’un crime (crime scene chalk, en anglais). Le slogan implicitement nous désigne le cadavre de l’Esprit des jeux Olympiques.Sur le site de Playfair2008, les graphistes assimilent la mascotte chinoise à la sous-traitance surexploitée des ouvrières chinoises. Le mot d’ordre insiste sur le droit des travailleuses : No Medal for the Olympics on Labour Right (« Pas de médaille pour les jeux Olympiques sans les droits des travailleurs »).Toujours sur le thème de la médaille, le groupe World Coalition qui rassemble tous les acteurs engagés pour l’abolition universelle de la peine capitale, associe la médaille d’or au succès édifiant du nombre de peines capitales en Chine. Le slogan Some records must be broken (« Certains records ne sont pas à battre ; pour l’affiche française »).Mais alors, a-t-on tué l’esprit olympique ?Tous les acteurs de tous bords cherchent des coupables au crime de lèse-majesté commis contre la flamme olympique de Paris. Untel citera les Chinois, un autre les pro-Tibétains, un tel autre les activistes des droits de l’homme, mais rarement on a pointé du doigt les membres du CIO.Pour ma part, je pense que les premiers coupables sont les organisateurs du CIO pour ne pas avoir respecté l’article 2 de la charte olympique dont je vous soumets un extrait : »Le but de l’Olympisme est de mettre le sport au service du développement harmonieux de l’homme en vue de promouvoir une société pacifique, soucieuse de préserver la dignité humaine. » Cette simple phrase aurait dû suffire à écarter la candidature de la Chine.L’esprit des jeux olympiques est mort pour cette année 2008, mais tel un phénix qui a péri sous les flammes, il renaîtra on ne peut mieux en 2012, et vous pouvez en être sur, les organisateurs ne joueront plus avec le feu olympique lorsqu’il s’agira de désigner le prochain pays organisateur des JO.On peut dès lors entrevoir dans le geste des activistes des droits de l’homme un geste salutaire et nécessaire pour soigner l’Olympisme et, par conséquent, la démocratie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s